En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

LES SOUFFRANCES LIÉES AU DEUIL

psychologue Lille - la madeleine - Lambersart

 

LE DEUIL. Aide psychologique face à la perte d'un être cher

 

Qu'est-ce que le deuil ?

 

Le deuil est une épreuve qui va bouleverser la vie. C'est l'ensemble de réactions affectives, psychologiques, comportementales et physiques face à la perte d'une personne aimée.

Le deuil, c'est pour la personne se retrouver seule face à l'impensable, l'incompréhensible, l'insupportable.

Le travail de deuil est un travail intérieur que chaque personne endeuillée traverse de façon singulière en raison de sa personnalité, de la relation qui l'unissait à la personne décédée, des circonstances du décès, etc.

Le deuil reste un parcours long et douloureux.

Faire un travail de deuil revient à transformer sa manière d'être, de réagir, de penser.

Traverser un deuil se fait étapes après étapes.

 

Les étapes du deuil

 

  • La phase de choc 

Cette étape suit immédiatement l'annonce du décès.

La nouvelle du deuil provoque un état de sidération. La personne se sent paralysée dans ses émotions et ses perceptions. Elle est effondrée physiquement et psychologiquement. Le monde s'écroule.

La personne ne peut pas croire immédiatement au décès. Elle est là sans y être vraiment, un peu comme un automate. Elle est dans le déni.

Le décès est vécu comme une privation et un déchirement. Les réflexes vont persister. La personne pense par exemple apercevoir l'être disparu,sent sa présence.

Cette période de sidération et de déni peut durer, selon les personnes, de quelques heures à quelques semaines

 

  • La phase de dépression et de désorganisation 

Le choc et l'état de sidération laissent place à la colère, le désarroi, le chagrin, l'anxiété, les pleurs, la culpabilité.

Des symptômes physiques peuvent apparaître. La personne se sent étouffée, essoufflée, en proie à une fatigue intense. Elle peut perdre le sommeil, l'appétit.

La personne peut également éprouver beaucoup de difficultés à prendre des décisions ou en prendre certaines qui peuvent paraître fantaisistes.

Cette phase de désorganisation débute alors que la personne prend conscience peu à peu du vide, du manque et donc de la perte de l'être aimé. Elle réalise peu à peu qu'elle doit assurer seule l'organisation de sa vie, du foyer, s'occuper seule des enfants si la personne décédée est le conjoint ou la conjointe.

La personne endeuillée se sent submergée par un flot d'émotions incontrôlables. Elle a le sentiment de perdre la maîtrise de ses émotions et de ses sentiments.

Cette phase de désorganisation est également génératrice de douloureux questionnements à propos du sens de la vie. La personne endeuillée se demande « pourquoi dois-je continuer à vivre ? » « Pour qui? ».

Certaines personnes endeuillées éprouvent de la colère vis-à-vis du défunt auquel elles reprochent plus ou moins clairement de les avoir abandonnées. Certaines vont verbaliser ces émotions, d autres n'oseront pas.

Le deuil engendre toujours un sentiment de culpabilité plus ou moins exprimé. Ce sentiment de culpabilité peut s'exprimer à travers des doutes, des questionnements  : « l'ai-je assez accompagné, apaisé ?. « Est-ce que j'ai tout fait pour qu'il souffre le moins possible ? « Lui ai-je assez dit que je l'aimais ? , etc.

Toutes ces émotions surviennent, se retirent puis reviennent en perdant de leur intensité à chaque venue. C'est un authentique état dépressif qui se manifeste.

Certains endeuillés éprouvent le besoin de solliciter leur entourage, leur famille mais ont le sentiment d'être incompris et envahissants.

Cette période de désorganisation psychique consiste en fait en un travail nécessaire de désinvestissement après la perte de l'être aimé.

Elle peut varier, selon les individus, de plusieurs semaines à plusieurs mois, voire dans certaines situations extrêmement douloureuses, à plusieurs années.

 

  • La phase de réorganisation et de reconstruction

Cette phase marque l'acceptation de la perte de l'être aimé.
La personne en deuil va progressivement prendre conscience qu'elle réorganise son existence sans l'autre. Elle va recréer de nouveaux liens, réinvestir de nouvelles connaissances, de nouvelles activités et de nouveaux projets.

Elle va découvrir ou redécouvrir des ressources personnelles qu'elles ne connaissaient pas ou qu'elle avait mises en sommeil.

L'endeuillé se remet en question, a peur de se réengager dans sa vie, dans de nouveaux projets ou dans de nouvelles amitiés.

Cette période est marquée par de petites étapes que la personne en deuil va franchir à son rythme,

Elle va par exemple ranger et donner les vêtements du défunt, réorganiser les placards pour elle-même, trier et ranger quelques souvenirs.

Certaines vont changer de lieu de résidence, de région, faire de nouvelles rencontres, s'investir dans de nouvelles activités culturelles et sportives, etc.

La personne endeuillée de son conjoint, par exemple, va également apprendre à vivre avec son nouveau statut de personne seule. Elle va peu à peu accepter de se trouver seule parmi des couples à l'occasion de réceptions, de dîners en famille ou entre amis, à l'occasion de sorties culturelles, sportives, etc.

 

 

L'accompagnement psychologique des personnes endeuillées

 

Les personnes endeuillées ont besoin de parler de l'être qu'elles ont perdu, d'évoquer et réévoquer souvenirs et anecdotes à son sujet, d 'évoquer la relation qui les unissait.

Elles ont besoin de parler de leurs souffrances, questionnements et angoisses face au flot d'émotions qui les submergent.

L'accompagnement et le soutien psychologique leur permet de trouver une écoute bienveillante et sans jugement, de trouver du sens à ce qu'elles ressentent et de s'apaiser.

 

 

Valérie Chemoul. Psychologue et psychothérapeute

 

Le 28/03/2016

 

Toute reproduction, même partielle, est strictement interdite.

 

Traverser un deuil grâce à un accompagnement psychologique à votre rythme

Un soutien psychologique permet à la personne endeuillée de s'apaiser